* Critique: 'Le Trip à trois' de Nicolas Monette (cinéma): Si l'idée venait de la fille...


crit par : yanik

par Yanik Comeau (Comunik Média)

Verdun, dimanche, le 7 janvier 2018 - Ces jours-ci, la comédienne Mélissa Desormeaux-Poulin, qui roule sa bosse depuis qu’elle est enfant (qui se rappelle d’elle dans le rôle de Marie-Andrée, la fille d’Isabelle (Danielle Proulx) dans le téléroman "Les Héritiers Duval" ? Moi !), surtout connue pour ses rôles dramatiques dans les films "Incendies" et "Gabrielle" et les séries télé "30 Vies", "Mensonges" et "Ruptures", nous offre son premier grand rôle dans une comédie au cinéma. Dans "Le Trip à trois", elle est le straight man (ou la straight woman) de Martin Matte, mais surtout d’Anne-Elisabeth Bossé, Geneviève Schmidt et Bénédicte Décary. Parce que, bien que l’on puisse croire que "Le Trip à trois" soit un véhicule pour l’humoriste Martin Matte, il n’en est rien. C’est lui, ici, qui est accessoire, n’en déplaise à son personnage de prétentieux qui se croit le centre de l’univers.

Une des grandes forces du scénario concocté par Benoit Pelletier ("Idole instantanée", "Le Sens de l’humour") est qu’il est écrit du point de vue de la fille, contrairement à la majorité des longs métrages que l’on voit habituellement. Ici, c’est Estelle qui est "front and center", pas Simon (Martin Matte). D’ailleurs, il semblerait que Pelletier, lorsqu’il a consulté ses collègues Rafaële Germain ("Les Bobos") et Caroline Allard ("Chroniques d’une mère indigne"), s’est fait dire qu’il fallait qu’il rende son scénario plus «hard», son dialogue plus cru parce que ses personnages de filles étaient beaucoup trop «soft» lorsqu’elles parlaient de sexe, de gars, de tout ! Le résultat est du langage très «adulte» et une rare fenêtre (au cinéma québécois, on s’entend) dans l’intimité d’un gang de jeunes femmes dans la trentaine.

Bien que certains des «gags» soient convenus, que plusieurs des situations soient prévisibles (même celles où on sent clairement que le scénariste s’est dit: «Oh, je ne ferai pas ça, ça va être trop facile à deviner. Je vais plutôt les surprendre en prenant cette direction-là…», on est parfois deux pas devant lui) et que le texte soit très "Save the Cat!" (un manuel incontournable pour les scénaristes hollywoodiens), il reste que ce scénario est sympathique, que ce film est bien fait, que la distribution est impressionnante et que l’on passe un bon moment.

Ennuyée par sa vie un peu trop rangée et conventionnelle, une jeune professionnelle, Estelle (Mélissa Desormeaux-Poulin), mère d’une enfant pas facile et conjointe d’un mari un peu trop dans ses pantoufles lui aussi (Martin Matte), se met dans la tête d’organiser un trip à trois – auquel ne sera d’abord pas convié son mari ! – mais le projet s’avère beaucoup moins facile à réaliser que prévu.

Ses amies, incarnées par les formidables Geneviève Schmidt ("Unité 9") et Anne-Elisabeth Bossé ("Les Simone", "Série noire", "Les Appendices"), et sa grande sœur, jouée par Bénédicte Décary ("Les Boys", "Mauvais Karma", mais surtout beaucoup de théâtre), la soutiendront et l’aideront à mener à terme son projet, mais… finalement, elles n’auront pas beaucoup d’incidence sur la réussite – ou non – dudit trip à trois ! Cependant, elles nous auront bien fait rire et auront donné des couches supplémentaires au scénario. Comme c’est le cas aussi de Karine Gonthier-Hyndman, excellente dans le rôle de Corinne, la patronne insupportable d’Estelle, qui s’avère moins "one note" qu’elle n’y paraît au début du film.

On aura droit à quelques caméos amusants aussi, comme c’est souvent le cas dans les comédies de chez nous. Il faut applaudir l’utilisation brillante des talents de Florence Longpré (que nous avons d’abord connue dans un rôle dramatique dans le téléroman "Mémoires vives", mais qui a explosé dans le rôle de la maquilleuse Gaby Gravel et dans la comédie de Marc Brunet "Like-moi !" en général). Dans "Le Trip à trois", elle n’a qu’une scène, mais… quelle scène ! Je m’en voudrais de trop vous en dire.

En bout de ligne, je le répète, on passe un bon moment avec ce "Trip à trois" qui permet à Mélissa Désormeaux-Poulin de se faire une place dans le monde de la comédie, à Martin Matte de jouer un rôle un peu plus modeste (wow, hein ?) et à une belle brochette de comédiennes de jouer des rôles amusants pour tous. "Le Trip à trois" s’inscrit dans une lignée de bonnes comédies romantiques de chez nous comme "Nuit de noces" et "Nez rouge"… mais avec un rafraîchissant point de vue beaucoup plus féminin !

*****
Le Trip à trois
Réalisation: Nicolas Monette
Scénario : Benoit Pelletier avec la collaboration de Rafaële Germain et Caroline Allard
Distribution: Mélissa Désormeaux-Poulin, Martin Matte, Bénédicte Décary, Geneviève Schmidt, Anne-Élisabeth Bossé, Karine Gonthier-Hyndman, Julianne Côté, Catherine Bérubé, Rémi-Pierre Paquin, Mylène Mackay, Martin Laroche, Pierre Brassard, Florence Longpré
Une production Amalga – A_Média
Producteurs : Guillaume Lespérance et André Dupuy
En salles dès le 20 décembre 2017